Scroll down for French version//Voir la version française plus bas.

(New York, NY) – PEN America today is launching a network to provide rapid response support for artists across the African continent. Amani: Africa Creative Defence Network* brings together the resources of ten organizations to provide assistance to creatives at risk in Africa; to coordinate adequate support when artists and cultural professionals on the continent face danger because of their work; and to support regional safe havens.

“Amani: Africa Creative Defence Network is a vital project that will ensure that creatives under threat in Africa receive assistance, but will also work to prevent those threats in the future,” said Valsero, a Cameroonian rapper who spent almost nine months in detention under false charges in 2019. “As the director of an organization that supports artists in Africa, I know we can turn to the network whenever we need further assistance or have gaps in the services we can provide. It gives me hope that no artist will go without help. Now is the time for organizations in Africa to work collaboratively and build solidarity across borders in order to provide a safety net for artists of all disciplines. The network is a vital step toward that cross-country unity in the protection of creative freedom in Africa.”

Though many organizations operate nationally, regionally, and internationally with mandates focused on artistic freedom and protecting creatives at risk in Africa, a lack of clear communication among those organizations often causes assistance work to be duplicated and precludes artists from receiving adequate support in time.

The network brings together organizations from across Africa and the globe, helping to streamline communication, share expertise and insights, pool resources, monitor threats to artistic freedom and creative professionals, and coordinate more effective responses when assisting creatives at risk. This will be achieved through the creation of a streamlined communication mechanism that will allow like-minded member organizations to work in concert and more easily coordinate joint efforts when assisting artists at risk.

 The current organizational members of the Amani network are:

“Amani comes at a crucial moment for artistic freedom around the globe and in Africa,” said Julie Trébault, director of the Artists at Risk Connection, a project of PEN America. “As authoritarian regimes in Africa crackdown on dissent, artists and creatives are bearing the brunt of the pressure, finding themselves at risk of threats, harassment, arrest, imprisonment, torture, and even death because of their creative work. With the network, creatives at risk and the organizations that support them will not be alone. By contacting the network, artists and creative professionals can connect not with one but with numerous organizations across the continent and globe who can work together to more effectively ensure they get the support they need.”

Creative professionals at risk can fill out a secure form here, which is available in English and French. They can also contact the network via email at arc@pen.org. They will be asked to provide information about circumstances, which will be treated in confidence and shared only through end-to-end encrypted platforms. ARC will then facilitate the activation of the network in order to provide the best response based on your needs.

* “Amani” means “peace” in Kiswahili, “strength” in Lhukonzo, and “hope” in Arabic. “Defence” is spelled in British English in accordance with common practice in Africa.

PEN America leads the Artists at Risk Connection (ARC), a program dedicated to assisting imperiled artists and fortifying the field of organizations that support them.

In French:

PEN America lance un nouveau réseau de réponse rapide pour soutenir les artistes africains
Amani : Le réseau africain de défense créative soutiendra les artistes et les professionnels de la création confrontés à des menaces pour leur expression artistique

(New York, NY) – PEN America lance aujourd’hui un réseau destiné à apporter une aide rapide aux artistes du continent africain. Amani: Le réseau africain de défense créative* réunit dix organisations qui ont pour mission de fournir une assistance aux créateurs en danger en Afrique, de coordonner un soutien adéquat pour les artistes et les professionnels de la culture du continent menacés en raison de leur activité artistique, et de soutenir les espaces de refuge régionaux. 

“Amani : Le réseau africain de défense créative est un projet essentiel qui permettra d’assurer que les créateurs menacés en Afrique reçoivent l’aide dont ils ont besoin, mais qui s’efforcera également d’anticiper de futures violations”, a déclaré Valsero, un rappeur camerounais qui a passé près de neuf mois en détention sous de fausses accusations en 2019. “En tant que directeur d’une organisation qui soutient les artistes en Afrique, je sais que nous pouvons nous nous tourner vers ce réseau à chaque fois que nous aurons besoin d’assistance supplémentaire ou que nous ne serons pas en mesure d’offrir ces services nous mêmes. Cela me donne l’espoir qu’aucun artiste ne sera ignoré. Le temps est venu pour les organisations en Afrique de travailler ensemble et de construire une solidarité au-delà des frontières afin d’offrir un système de protection aux artistes de toutes les disciplines. Le réseau est une étape essentielle vers cette unité entre pays dans la sauvegarde de la liberté de création artistique en Afrique”.

Bien que de nombreuses organisations opèrent aux niveaux national, régional et international avec des mandats centrés sur la liberté artistique et la protection des créateurs en danger en Afrique, un manque de communication claire entre ces organisations entraîne souvent une duplication du travail d’assistance et empêche les artistes de recevoir à temps un soutien approprié.

Le réseau rassemble des organisations d’Afrique et du monde entier, ce qui permet de mieux coordonner la communication, de partager les compétences et les connaissances, de mettre en commun les ressources, de surveiller les menaces qui pèsent sur la liberté artistique et les professionnels de la création, et de répondre plus efficacement aux besoins des créateurs en danger. Pour ce faire, un mécanisme de communication simplifié sera créé, qui permettra aux organisations membres partageant les mêmes idées de travailler de concert et de coordonner plus facilement leurs efforts communs lorsqu’elles viennent en aide à des artistes en danger.

Les organisations membres du réseau Amani sont:

“Amani arrive à un moment déterminant pour la liberté artistique dans le monde entier et en Afrique”, a déclaré Julie Trébault, directrice d’Artists at Risk Connection, un projet de PEN America. “Alors que les régimes autoritaires en Afrique répriment la dissidence, les artistes et les créateurs sont victimes d’une forte pression, se trouvant harcelés et risquant les menaces, le l’arrestation, l’emprisonnement, la torture et même la mort a cause de leur travail artistique. Grâce à ce réseau, les créateurs en danger et les organisations qui les soutiennent ne seront pas seuls. En contactant le réseau, les artistes et les professionnels de la création se connectent non pas avec une mais avec de nombreuses organisations sur le continent et dans le monde entier. Celles-ci pourront ainsi travailler de concert pour leur offrir le soutien dont ils ont besoin de manière plus efficace”.

Les professionnels en danger peuvent remplir ici un formulaire sécurisé, disponible en anglais et en français. Ils peuvent également contacter le réseau par courrier électronique à l’adresse arc@pen.org. Il leur sera demandé de fournir des informations sur les circonstances, qui seront traitées de manière confidentielle et communiquées uniquement par le biais de plateformes cryptées. L’ARC facilitera ensuite l’activation du réseau afin de fournir la meilleure réponse en fonction de leurs besoins.

*”Amani” signifie “paix” en kiswahili, “force” en lhukonzo et “espoir” en arabe.

PEN America dirige le programme Artists at Risk Connection (ARC), qui a pour but d’aider les artistes en danger et de renforcer le champ des organisations qui les soutiennent.